Les formations aux métiers de l’audiovisuel

Depuis tout petit, vous rêvez de travailler dans le monde merveilleux de l’audiovisuel ? Sachez que vous êtes nombreux à souffrir de ce dangereux syndrome et que, pour parvenir à vos fins, il faudra, outre un diplôme, faire preuve de ténacité et d’abnégation. Car le chemin de la réussite est parsemé d’obstacles et fatalement balisé de nombreux stages, la plupart du temps non rémunérés… Ainsi, il vous faudra montrer une qualité essentielle : l’endurance.

Récemment mises en place, LES LICENCES PROFESSIONNELLES, qui allient théorie et pratique et préparent à une insertion professionnelle immédiate, se multiplient. Mais force est de constater que, dans le domaine de l’audiovisuel, ces diplômes ne se bousculent pas… L’université d’Aix-Marseille-III propose une licence professionnelle en techniques et activités de l’image, spécialisation « vidéo » (exploitation des systèmes vidéo) qui forme en un an des personnels d’encadrement d’équipe de techniciens oeuvrant dans le milieu de la télévision et de l’audiovisuel. L’enseignement s’organise autour de la physique (acoustique, optique, traitement du signal), de la technologie des équipements et des techniques d’exploitation (prises de vue mono et multicaméra, exploitation plateau, intersynchronisation). L’université de Marne-la-Vallée propose de son côté une licence professionnelle en techniques et activités de l’image et du son, spécialisation « gestion de production en cinéma d’animation et vidéo » préparant aux fonctions de chargé de production, superviseur, responsable de fabrication dans les secteurs du cinéma d’animation et de la vidéo.

LES INSTITUTS UNIVERSITAIRES PROFESSIONNALISÉS (IUP) qui recrutent à bac +1 pour un cursus en trois ans à l’issue duquel le titre d’ingénieur maître est délivré aux étudiants les plus brillants offrent davantage de formations liées à l’audiovisuel. Mais ces formations se focalisent davantage sur l’aspect technique. Ainsi, l’IUP arts et technologies de l’image de Paris-VIII forme des infographistes, scénaristes ou réa lisateurs dans les sociétés d’images de synthèse, d’effets spéciaux, de jeux vidéo ou du multimédia et de l’audiovisuel en général.

La 1re année est consacrée à l’introduction à la programmation informatique, aux techniques numériques de l’image et à ses applications artistiques, les deux dernières années à l’approfondissement des notions de 1re année ainsi qu’à l’acquisition de notions nouvelles telles que les effets spéciaux et studio numérique, l’interactivité en temps réel, les jeux vidéo, la réalité virtuelle…

L’IUP Ingénierie des arts de l’image et des spectacles vivants à l’université de Valenciennes forme des cadres maîtrisant les chaînes de réalisation dans les domaines du spectacle, du multimédia et audiovisuel, entendons par là des graphistes sur écran, directeurs artistiques dans les structures de production multimédia, des concepteurs réalisateurs sur des productions audiovisuelles. Cinq modules constituent l’ossature de la formation : histoire et sciences de l’art ; art de la scène et filmologie ; arts, technologies numériques, multimédia ; réalisation audiovisuelle ; arts plastiques.

Citons également les IUP métiers de l’information et de la communication de Grenoble-III, Bordeaux-III et Toulouse-II qui proposent diverses options dans le domaine audiovisuel : « audiovisuel et multimédia » à Grenoble-III qui forme aux fonctions de concepteurs et réalisateurs vidéo et multimédia, « métiers de la production audiovisuelle » à Bordeaux-III qui permet d’appréhender la production audiovisuelle dans son ensemble, et enfin « études audiovisuelles » à Toulouse-II qui, en fonction des options choisies, forme des professionnels de la réalisation, du son, de l’image…

Le nombre de formations proposées dans le domaine de l’audiovisuel est limité… Sans doute parce que les débouchés professionnels ne sont pas à la mesure des aspirations des étudiants. Et les formations les plus pointues abordent avant tout l’audiovisuel sous l’angle de la technique. Eh oui, il n’existe pas encore de master professionnel « réalisateur », « producteur », « acteur » ou tout simplement « artiste ». Mais que fait l’Education nationale ?

Partagez votre avis / votre expérience !